Articles

Les Iraniens accueillent Norouz avec «un grand nettoyage de printemps»

Les Iraniens commencent à se préparer pour Norouz en faisant un grand «nettoyage de printemps» dans leurs maisons en association avec la renaissance de la nature.En persan, le nettoyage de printemps annuel s'appelle khaneh-tékani, ce qui signifie littéralement «secouer la maison».

Les fêtes de Norouz sont préparées dès le dernier mois de l’hiver, les Iraniens font alors un grand nettoyage dans les maisons afin d’accueillir au mieux la nouvelle année.

Regard sur la fête de Norouz : traditions des Perses

Depuis le 23 février 2009, l’UNESCO a fait de Norouz une journée internationale figurant dans la liste de l’héritage culturel du patrimoine mondial. Sur son site Internet, il décrit Norouz en ces termes : « Le Novruz, ou Norouz, Nooruz, Navruz, Nauroz, Nevruz, marque le nouvel an et le début du printemps dans une zone géographique très étendue, comprenant, entre autres, l’Azerbaïdjan, l’Inde, l’Iran, le Kirghizistan, le Pakistan, la Turquie et l’Ouzbékistan.

Dar-ol-Fonûn, l’école fondée par Amir Kabir le sage

L’école Dar-ol-fonûn est intimement liée au nom d’Amir Kabir. Ainsi, si cette dernière est restée vivante dans les souvenirs, c’est grâce à sa relation avec la personnalité éminente d’Amir Kabir qui l’a crée en vue d’améliorer le niveau scientifique de l’Iran. Et si les Iraniens se souviennent encore de cette personnalité, c’est parce que sa plus grande réalisation, le Dar-ol-fonûn, a réussi à résister aux péripéties de l’Histoire et a gardé vivant le souvenir de son fondateur.

La civilisation iranienne en vedette au Louvre

Le musée du Louvre, un des plus grands musées au monde, comprend également un véritable centre de recherches. Avant la Révolution française, ses bâtiments servaient de château aux rois de France et des œuvres de grande valeur y étaient conservées. En 1789, après la Révolution française, le Louvre devint musée national et une grande partie de ses bâtiments furent consacrés aux arts islamiques. Les différentes pièces provenant de pays orientaux furent rassemblées par le Ministère de la culture et des arts.

Art et spiritualité à l’époque safavide: L’influence de la pensée chiite dans les domaines artistique et architectural

L’époque safavide coïncide avec celle du développement et de la diffusion des croyances chiites dans l’ensemble de l’Iran. La philosophie et la pensée que cette religion a produites irriguent et président à la réalisation d’œuvres exceptionnelles dans de nombreux domaines artistiques de l’époque. Des réalisations architecturales telles que la mosquée du Shâh ou la mosquée de Sheikh Lotfollâh, exécutées au sein de la ville d’Ispahan, capitale des Safavides, en sont le témoignage vivant.

Le motif et la symbolique de l’arbre dans le Coran

L’arbre est une preuve qui, comme tous les autres éléments de la nature, atteste la toute-puissance de Dieu. Dans le Coran, livre sacré des musulmans, le mot « arbre » est désigné majoritairement par le terme arabe shajar, qui y apparaît à 27 reprises. Plus précisément, en langue arabe, shajar est employé pour désigner toute plante composée d’un tronc. Dans cet article, nous allons donner un aperçu des différentes manifestations et fonctions de l’arbre dans le Coran.

L’arbre dans les allégories du Coran

La première musulmane au conseil régional de la Caroline du Nord

Entrée en politique comme si elle s’engageait dans un véritable sacerdoce, Nida Allam, une jeune américaine de confession musulmane, qui n’était encore qu’une néophyte en la matière il y a cinq ans, peut se targuer d’avoir transformé son coup d’essai en coup de maître.